Elisabeth Borne, première ministre … en passant par l’Equipement, les Transports et la Transition Écologique

Publié le

Deuxième femme nommée Première ministre sous la Ve République, Élisabeth Borne, 61 ans, est diplômée de l’École nationale des Ponts et chaussées et de Polytechnique, avec une carrière de haut fonctionnaire marquée par plusieurs postes en cabinet ministériel et ponctuée de passages dans le privé.

Ministère de l’Équipement, direction régionale de l’Équipement d’Île-de-France, conseillère au ministère de l’Éducation nationale auprès de Lionel Jospin puis de Jack Lang, passage à la Sonacotra (Adoma) en tant que directrice technique… avant de rejoindre en 1997 le cabinet de Lionel Jospin à Matignon en tant que conseillère technique chargée des transports pendant cinq ans.

Elle sera ensuite directrice de la SNCF, directrice des concessions chez Eiffage, directrice générale de l’urbanisme à la mairie de Paris sous Bertrand Delanoë puis nommée préfète de la région Poitou-Charentes et de la Vienne.

Retour en cabinet en 2014 en tant que directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Écologie. Elle prendra un an plus tard la tête de la RATP.

Après l’élection d’Emmanuel Macron en 2017, Élisabeth Borne avait d’abord géré le portefeuille des Transports dans les gouvernements d’Édouard Philippe, où elle a mené à son terme la réforme de la SNCF et porté la loi d’orientation sur les mobilités (LOM).

Elle avait ensuite remplacé François de Rugy comme ministre de la Transition écologique et solidaire lors d’un remaniement. Élisabeth Borne aura passé un an à la tête de notre ministère de la transition écologique, de juillet 2019 à juillet 2020

A son arrivée au ministère du Travail en remplacement de Muriel Pénicaud en juillet 2020, déjà en pleine crise sanitaire, elle a notamment géré le dossier de la réforme de l’assurance chômage. Présentée en mars 2021 dans une version “adaptée” à la crise, cette réforme est pleinement entrée en vigueur en décembre, après avoir été un temps suspendue.

A son actif, le plan “Un jeune, une solution”. Elle avait aussi hérité du dossier des retraites un temps remisé. Elle a multiplié ces derniers mois les interventions dans les médias pour défendre l’action du gouvernement, notamment le “bouclier anti-licenciement” du chômage partiel.

Nous suivrons attentivement la composition du nouveau gouvernement, dans lequel, Emmanuel Macron a promis que l’écologie serait au centre de la politique menée. Elisabeth Borne, la première ministre sera « directement chargé de la planification écologique », appuyé par deux ministères forts, l’un chargé de « la planification énergétique » et l’autre de « la planification écologique et territoriale », avec un objectif de « décentralisation massive ».

Même si Élisabeth Borne bénéficie d’une certaine expérience sur ces questions, la nouvelle locataire de Matignon est très attendue sur l’écologie.

– – – – – – – –