… les ministres : des nouveaux, des anciens, des revenants …

Publié le

Le secrétaire général de la présidence de la République a annoncé la composition du Gouvernement ce lundi 4 juillet. Il compte désormais 42 membres, Première ministre comprise, dont 16 ministres de plein exercice, 15 ministres délégués et 10 secrétaires d’État.

– – – – – – – –

Pour nos ministères :
—-
On notera que le ministre de la Transition Écologique et de la Cohésion des territoires, dans l’ordre “protocolaire”, passe de la 5ème place à la … 11ème ! Juste devant sa collègue Agnès Pannier-Runacher.
—-
Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires : Christophe Béchu

Après s’être vu confié le poste de ministre délégué chargé des Collectivités territoriales en mai dernier, Christophe Béchu a été nommé ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires. Il remplace ainsi la perdante des élections législatives, Amélie de Montchalin.

Depuis quatre ans, le nom de ce proche d’Edouard Philippe revenait à chaque remaniement. Maire d’Angers et issu de LR, parti qu’il a quitté en décembre 2017 après l’arrivée à sa tête de Laurent Wauquiez. Devenu en septembre 2021 secrétaire général du parti Horizons fondé par Edouard Philippe, Christophe Béchu avait marqué depuis longtemps son soutien au chef de l’Etat, notamment au travers de «La République des maires», une initiative pro-Macron lancée avec une trentaine d’élus en 2019.

Ce père de trois enfants, né à Angers dans le Maine-et-Loire, est âgé de 48 ans et diplômé de Sciences Po Paris. Il a suivi le cursus honorum des collectivités dans toutes les strates. Après des débuts comme conseiller municipal de la commune d’Avrillé, en banlieue d’Angers, il devient en 2004 le plus jeune président de conseil départemental de France, à l’âge de 29 ans.

Finalement élu maire en 2014, après 37 ans de mandat socialiste, il a été largement réélu en 2020 dès le premier tour avec le soutien de LREM mais sans rival LR. Il a aussi brièvement été député européen (2009-2011), puis sénateur de Maine-et-Loire (2011-2017).

Promoteur des mobilités douces, il se targue d’avoir fait d’Angers «la smart city (ville intelligente et connectée) la plus aboutie en France», avec ses vélos et trottinettes en libre-service.
En 2018, Emmanuel Macron l’avait déjà nommé président de l’Agence de financement des infrastructures de France (AFITF). Puis, lors du remaniement qui a eu lieu en mai dernier, Christophe Béchu avait fait son entrée dans le gouvernement d’Elisabeth Borne en tant que ministre délégué aux collectivités locales.

– – – –

Ministre de la Transition énergétique : Agnès Pannier-Runacher

Énarque, inspectrice des Finances, rompue au secteur public comme au privé, Agnès Pannier-Runacher, 47 ans, a été reconduite dans son ministère dans le gouvernement Borne 2. Elle est un soutien de la première heure d’Emmanuel Macron. Entrée au gouvernement en octobre 2018 comme secrétaire d’Etat à l’Economie, elle a ensuite été chargée de l’Industrie, installant les prémices d’une réindustrialisation affichée verte et décarbonée avec l’aide du plan de relance. Sa nomination a d’ailleurs été saluée immédiatement par les industriels tant du nucléaire que des énergies renouvelables, rassurés par la continuité. “Elle s’intéresse à la filière nucléaire“, “qui va participer à la réindustrialisation de la France, un sujet sur lequel elle a beaucoup travaillé avec Bruno Le Maire dans le cadre de son précédent mandat“, dit à l’AFP Cécile Arbouille, déléguée générale du Groupement des industriels français de l’industrie nucléaire (GIFEN).

– – – –

Ministre délégué chargé des Transports (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Clément Beaune

Clément Beaune a été nommé ce lundi ministre délégué aux Transports, après avoir été le “Monsieur Europe” d’Emmanuel Macron, comme conseiller spécial puis secrétaire d’Etat. Il est diplômé du Collège d’Europe de Bruges, qui forme les élites européennes, et ancien élève de l’ENA. Issu de l’aile gauche de la Macronie, il s’est frotté en juin pour la première fois au suffrage universel, l’emportant d’un cheveu lors des législatives dans le centre de Paris. Il quitte les Affaires européennes quelques jours après la fin de la présidence française de l’UE, dont il a été une cheville ouvrière. Aux Transports, il restera toutefois confronté aux joutes européennes où se décident nombre de dossiers liés aux mobilités, notamment pour le financement des infrastructures. Clément Beaune devra également mettre en oeuvre les plans pour décarboner la route, l’aérien et le maritime, se pencher sur l’avenir des concessions autoroutières ou trouver des moyens pour moderniser le réseau ferré.

– – – –

Ministre délégué chargé de la Ville et du Logement (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Olivier Klein

Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), l’une des villes les plus pauvres de France, fait entrer les quartiers populaires au gouvernement. D’abord membre du Parti communiste, ce professeur d’histoire-géo a rejoint le PS en 2006. Après une quinzaine d’années dans le camp socialiste, Olivier Klein s’est rapproché puis a soutenu Emmanuel Macron. “Il est très engagé dans sa ville”, estime le président PS de la Seine-Saint-Denis Stéphane Troussel. “Il a contribué à la transformer, personne ne peut dire que cette ville n’a pas changé en 15 ans”, souligne l’élu. “J’espère que dans les semaines, les mois, les années à venir, il saura ne pas oublier la Seine-Saint-Denis et défendre l’égalité territoriale parce qu’il y a du boulot !”, lance Stéphane Troussel. Olivier Klein était aussi à la tête de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) depuis fin 2017 et vice-président de la Métropole du Grand Paris, délégué à l’habitat et la mixité.

– – – –

Ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales (auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Caroline Cayeux

Caroline Cayeux est maire divers droite de Beauvais et présidente de l’association Villes de France depuis 2014. A ce titre, elle a joué un rôle important dans le déploiement du programme de revitalisation des villes moyennes Action coeur de ville (ACV) reconduit après 2022, avant d’être nommée présidente de la toute nouvelle Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) en décembre 2019, l’un des projets phares du premier mandat d’Emmanuel Macron. Son penchant macroniste se manifeste lors des élections municipales de 2020, date à laquelle elle quitte Les Républicains et se fait réélire avec le soutien de La République en marche. Fin 2021, elle avait ouvertement appelé à voter pour Emmanuel Macron. Lors de l’investiture de ce dernier le 7 mai dernier, elle figurait parmi les invités. Sa nomination intervient quelques jours à peine avant le congrès de Villes de France qui se tient les 11 et 12 juillet à Fontainebleau, dont le maire Frédéric Valletoux avait un temps été évoqué parmi les ministrables. Caroline Cayeux interviendra en triple qualité de présidente, de maire et de ministre… Son successeur à la tête de Villes de France devrait donc être désigné lors du congrès.

– – – –

Secrétaire d’État chargée de la Mer (auprès de la Première ministre) : Hervé Berville

Hervé Berville prend le poste de secrétaire d’Etat à la Mer auprès de la Première ministre. Ce député LREM, réélu en juin, s’est engagé à l’Assemblée nationale sur les questions d’aide au développement et fut le “représentant personnel” d’Emmanuel Macron à Kigali en 2019 lors de la 25e commémoration du génocide au Rwanda, son pays de naissance. En orphelinat à Kigali avant le début du génocide, il a été évacué avec son frère aux premiers jours et adopté à l’âge de 4 ans par une famille de Pluduno (Côtes-d’Armor). Il n’est revenu qu’en 2015 au Rwanda, où une partie de sa famille d’origine, tutsie, a été décimée durant le conflit. Entre-temps, Hervé Berville, 32 ans aujourd’hui, est passé par Sciences-Po Lille, la London School of Economics, et a assuré des missions d’économiste pour l’Agence française de développement (AFD) au Mozambique. Un temps proche du PS, il rejoint à l’automne 2015 le collectif “Les Jeunes avec Macron”, avant d’en devenir le référent Côtes-d’Armor pour la présidentielle. Elu au Palais Bourbon en 2017, parmi les cadets, il siège naturellement à la commission des Affaires étrangères. Hervé Berville a notamment adressé un rapport au Premier ministre sur la modernisation de l’aide au développement en 2018. Il a été l’année dernière le rapporteur d’un projet de loi de réforme de l’aide française au développement, avec des moyens renforcés et recentrés vers dix-huit pays africains et Haïti.

– – – –

Secrétaire d’État chargée de l’Écologie (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Bérangère Couillard

La députée de Gironde Bérangère Couillard est nommée secrétaire d’État chargée de l’Ecologie auprès de Christophe Béchu. Elle a fait carrière dans la grande distribution, alimentaire et vestimentaire, avant d’intégrer l’Assemblée en 2017 sous les couleurs de LREM. Elle a été réélue pour un deuxième mandat en juin. Membre titulaire du Conseil supérieur de l’Energie elle avait aussi siégé à la Commission du développement durable sous la précédente mandature. Elle avait notamment été corapporteure de la loi d’Orientation des mobilités (LOM). Son entrée au gouvernement intervient alors qu’est attendu le 2e volet de la stratégie nationale biodiversité, et que se profile la COP15 biodiversité au niveau international en décembre.

– – – –

Secrétaire d’État chargée de la Ruralité (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Dominique Faure

Retour d’un secrétariat d’Etat à la Ruralité, auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires Christophe Béchu qui rvient à Dominique Faure qui succède à Joël Giraud après une parenthèse de deux mois, que les associations d’élus de la ruralité n’avaient pas manqué de dénoncer. Députée Renaissance nouvellement élue en Haute-Garonne, Dominique Faure, peu connue au niveau national, est issue du parti radical. En 2014, elle avait élue maire de Saint-Orens-de-Gameville, petite ville de 11.600 habitants de la banlieue toulousaine. Depuis 2020, elle est première vice-présidente de la métropole en charge de l’économie, de l’innovation et de l’emploi. Ingénieure de formation, diplômée de l’Insa de Lyon et d’HEC, son parcours professionnel l’a plutôt portée vers les télécommunications (Cegetel, SFR) et les ressources humaines (Altedia). Elle était ensuite devenue consultante dans la transformation digitale des grandes entreprises. Parmi les revendications des maires ruraux figure notamment le lancement d’un nouveau programme de revitalisation des villages, pris sur le modèle d’ACV ou de Petites villes de demain.

– – – –

Pour les ministères qui nous intéressent professionnellement :

Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire : Marc Fesneau

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, à la satisfaction des agriculteurs. Anciennement en charge des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau se succède à lui même dans ce gouvernement Borne 2, au ministère de l’”agriculture et de la souveraineté alimentaire“. Ce Parisien de 51 ans, diplômé de Science Po et ancien président du groupe MoDem au Parlement, présenté comme l’un des bras droits de François Bayrou, connaît bien le sujet. Après un Deug de sciences de la vie et de la nature, il a travaillé pour une entreprise de conseils pour le ministère de l’Agriculture. En 1996, il rejoint la chambre d’agriculture départementale du Loir-et-Cher au service développement local. Par ailleurs, son père, François Fesneau, est ancien directeur général de l’Association française des comités économiques des fruits et légumes (Afcofel). Enfin, Marc Fesneau est un ardent défenseur de la chasse, qu’il pratique. Il a été a été co-président du Groupe Chasse à l’Assemblée nationale. C’est dans ce ministère aux contours revisités par la guerre en Ukraine qui a imposé au rang des priorités la souveraineté alimentaire. Un sujet au cœur de “l’indépendance” agricole qu’il défendait récemment au Salon de l’agriculture, dans les pas de son prédécesseur, ardent défenseur de la “vocation nourricière” de la France et de l’Europe.

– – – –

Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques : Stanislas Guerini

Stanislas Guerini, 40 ans, reconduit dans ses fonctions au gouvernement Borne 2, est un homme d’affaires et homme politique français. D’abord membre du Parti socialiste et proche de Dominique Strauss-Kahn, il participe à la fondation d’En marche, qui devient ensuite La République en marche (LREM). Élève à l’École alsacienne puis au lycée Henri-IV, diplômé d’HEC en 2006 dont il a par ailleurs dirigé le bureau des élèves, Stanislas Guerini crée son entreprise Watt & Home, société de vente et d’installation de panneaux solaires, fondée en 2007 avec Jean-Pascal Emelien, le père d’Ismaël Emelien. Fin 2013, il quitte son poste de directeur général de Watt et Home et devient « directeur de l’expérience client » de la multinationale Elis. Il est élu député dans la 3e circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017. À la fin de l’année 2018, il succède à Christophe Castaner comme délégué général de LREM. Il devient, le 20 mai 2022, ministre en charge de la Transformation et de la Fonction publiques sous le gouvernement Borne 1.

– – – – – – – –

Le gouvernement complet :

Ministres

  • Première ministre : Elisabeth Borne (est chargée de la planification écologique et énergétique)
  • Ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique : Bruno Le Maire
  • Ministre de l’Intérieur et des Outre-mer : Gérald Darmanin
  • Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères : Catherine Colonna
  • Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Éric Dupond-Moretti
  • Ministre des Armées : Sébastien Lecornu
  • Ministre du Travail, du Plein Emploi et de l’Insertion : Olivier Dussopt
  • Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse : Pap Ndiaye
  • Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : Sylvie Retailleau
  • Ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire : Marc Fesneau
  • Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires : Christophe Béchu
  • Ministre de la Transition énergétique : Agnès Pannier-Runacher
  • Ministre de la Culture : Rima Abdul-Malak
  • Ministre de la Santé et de la Prévention : François Braun
  • Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées : Jean-Christophe Combe
  • Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques : Stanislas Guerini
  • Ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques : Amélie Oudéa-Castéra

Ministres délégués

  • Ministre délégué chargé du Renouveau démocratique, porte-parole du gouvernement (auprès de la Première ministre) : Olivier Véran
  • Ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement (auprès de la Première ministre) : Franck Riester
  • Ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances (auprès de la Première ministre) : Isabelle Rome
  • Ministre déléguée chargé des Comptes publics (auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique) : Gabriel Attal
  • Ministre délégué chargé de l’Industrie (auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique) : Roland Lescure
  • Ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications (auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique) : Jean-Noël Barrot
  • Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme (auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique) : Olivia Grégoire
  • Ministre déléguée chargée des Collectivités territoriales (auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Caroline Cayeux
  • Ministre délégué chargé des Outre-mer (auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer) : Jean-François Carenco
  • Ministre délégué chargé du Commerce extérieur, de l’Attractivité et des Français de l’étranger (auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères) : Olivier Becht
  • Ministre déléguée chargée de l’Enseignement et de la Formation professionnels (auprès Auprès du ministre du Travail, du Plein Emploi et de l’Insertion et du ministre de l’Education nationale et de la Jeunesse) : Carole Grandjean
  • Ministre délégué chargé des Transports (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Clément Beaune
  • Ministre délégué chargé de la Ville et du Logement (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Olivier Klein
  • Ministre déléguée chargée de l’Organisation territoriale et des Professions de santé (auprès du ministre de la Santé et de la Prévention) : Agnès Firmin-Le Bodo
  • Ministre déléguée chargée des Personnes handicapées (auprès du ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées) : Geneviève Darrieussecq

Secrétaires d’État

  • Secrétaire d’État chargée de l’Enfance (auprès de la Première ministre) : Charlotte Caubel
  • Secrétaire d’État chargée de la Mer (auprès de la Première ministre) : Hervé Berville
  • Secrétaire d’État chargée de l’Économie sociale et solidaire et de la Vie associative (auprès de la Première ministre) : Marlène Schiappa
  • Secrétaire d’État chargée de la Citoyenneté (auprès du ministre de l’Intérieur et des Outre-mer) : Sonia Backès
  • Secrétaire d’État chargée de l’Europe (auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères) : Laurence Boone
  • Secrétaire d’État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux (auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères) : Chrysoula Zacharopoulou
  • Secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et du Service national universel (auprès du ministre des Armées et du ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse) : Sarah El Haïry
  • Secrétaire d’État chargée des Anciens combattants et de la Mémoire (auprès du ministre des Armées) : Patricia Mirallès
  • Secrétaire d’État chargée de l’Écologie (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Bérangère Couillard
  • Secrétaire d’État chargée de la Ruralité (auprès du ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires) : Dominique Faure

L’affiche du gouvernement “Borne 2” (par Acteurs Publics)

 

– – – – – – –

Documents