Protocole ministériel sur le télétravail : 5ème réunion (19-11-21)

Protocole ministériel sur le télétravail : 5ème réunion (19-11-21)

La cinquième réunion de négociation sur le protocole ministériel (MTE-MCTRCT-Mer) sur le télétravail s’est déroulée le 19 novembre 2021.

Représentante CFDT : Sandrine Lucas

En préalable à ce retour d’informations, la CFDT tient à rappeler que nous sommes à l’écoute de vos retours d’expérience, afin de prendre en considération un maximum de facteurs favorisant le télétravail, tout en respectant les choix de chaque agent. Nous avons également engagé un travail collaboratif avec les autres organisations syndicales afin de faire converger nos revendications dans l’intérêt de tous les agents.

Le premier point abordé par le directeur des ressources humaines correspond au nouveau calendrier de l’administration proposé aux organisations syndicales :

  • mercredi 24 novembre 2021 : date limite de prise en compte des amendements pour la version présentée à la dernière réunion.
  • lundi 6 décembre 2021 : dernière réunion avant la version définitive du protocole proposé à la signature des syndicats, cette rencontre ayant pour principal objectif d’identifier les points d’accroche, afin de les soumettre au plus haut niveau des ministères. Une réunion supplémentaire est envisagée uniquement en visioconférence si le besoin s’en fait ressentir.
  • mardi 21 décembre 2021 : date limite d’envoi du protocole soumis à l’avis et à la signature des syndicats.
  • jeudi 20 janvier 2022 : retour des avis des organisations syndicales.
  • La date de signature de l’accord ne peut pas être à ce stade fixée.

La CFDT ne peut qu’être satisfaite des nouveaux délais annoncés, moins contraints qu’initialement, mais nécessitant toujours un investissement non négligeable des ressources internes.

Le DRH a ensuite proposé de balayer les articles rédigés pour cette réunion.

1 – Impact du télétravail sur le collectif de travail et le télétravail comme levier de l’amélioration des pratiques managériales / Formation et accompagnement professionnel de l’ensemble du collectif de travail

Les principaux points ayant fait l’objet d’interventions :

  • Le télétravail doit être un facteur d’attractivité des postes vacants, et de ce fait un effort particulier d’attention doit être porté aux nouveaux arrivants. La CFDT et d’autres organisations syndicales ont rappelé que la réalité du terrain aujourd’hui n’était pas celle-ci, et qu’un nouvel arrivant, même avec une expérience conséquente au ministère, pouvait encore se voir opposer un refus à sa demande de télétravail du fait de sa récente affectation. Le DRH a donc confirmé que le nouvelle règle serait celle annoncée, et que les pratiques actuelles devraient évoluer.
  • Toutes les organisations syndicales ont insisté sur le nécessaire renforcement des formations, notamment auprès des encadrants. La CFDT a insisté sur la faible disponibilité actuelle des cadres pour suivre ces formations, et a demandé une vigilance particulière sur ce point.
2 – Égalité professionnelle et lutte contre les violences intrafamiliales

Sur le sujet des carrières, le DRH est sensible à la mise en place d’un indicateur sur les effets du télétravail sur le déroulement de carrière. Dans les conditions actuelles, il paraît difficile de mettre en place rapidement un tel indicateur, mais l’idée est retenue. La CFDT sera attentive à la mise en place de tels indicateurs.

Les tiers-lieux ont été évoqués au regard de situations particulières, comme les violences intrafamiliales. La CFDT encouragera tout dispositif favorisant l’accès au télétravail aux personnes rencontrant des difficultés personnelles.

3 – Relecture des sujets vus dans les précédentes réunions

Le DRH a ensuite proposé de reprendre les articles déjà rédigés. Il a remercié les organisations syndicales d’avoir transmis leurs amendements, et chacun a pu évoquer les revendications issues d’un travail intersyndical ou celles spécifiques à chaque organisation.

La CFDT a rappelé son amendement pour l’instant non retenu sur le sujet des moyens de contrôle : certains services ont appliqué un contrôle spécifique aux télétravailleurs, ressemblant fortement à un “flicage”. La CFDT propose que le télétravail ne doit pas être l’occasion de mettre en place un tel moyen, et qu’un suivi d’activités tel que pratiqué jusqu’ici doit pouvoir s’appliquer de manière indifférenciée à tous les agents, quel que soit leur choix d’organisation du travail.

– – – – – – – –
Sur le même sujet :
– – – – – – – –