Réforme des retraites : Laurent Berger met en garde contre un passage en force, « la CFDT sera en opposition frontale »

Publié le

Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, est l’invité de Questions politiques ce dimanche sur France Inter. Il indique que si l’exécutif décide de faire passer la réforme des retraites sans négociations mais par un amendement, il quittera le Conseil national de la refondation.

En savoir plus

Le secrétaire général de la CFDT ne cache pas sa colère. Invité de l’émission Questions politiques ce dimanche sur France Inter, Laurent Berger dit s’opposer fermement à un passage de la réforme des retraites via un amendement à la loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS), comme envisagé par l’exécutif. Si le gouvernement fait ce choix, “nous serons en opposition frontale”, “la CFDT sera vent debout”, prévient-il.

Le syndicaliste menace de sortir du Conseil national de la refondation, cette consultation lancée par le gouvernement autour des questions de santé, d’école, du bien-vieillir, de transition écologique et du plein emploi. “S’il y a un amendement dans le PLFSS sur les retraites, la CFDT, de facto*, sortira du CNR et des discussions sur tous les sujets*”, annonce Laurent Berger, qui rappelle au part du président de la République qu’il “s’est fait réélire face à une candidate d’extrême droite avec des acteurs qui ont pris leurs responsabilités entre les deux tours pour dire qu’il ne fallait pas que ce soit le Rassemblement national qui gouverne ce pays” et qu’il ne pouvait pas “leur marcher sur la gueule quelques mois après”.

Laurent Berger dénonce la vision uniquement budgétaire de la réforme des retraites, qui oublie l’aspect social. “La CFDT veut des réformes de justice sociale, pas de justesse“, clame le secrétaire général. Et il le rappelle : “Le report de l’âge légal, c’est une ligne rouge et c’est un faux débat.”

Pour un “Conseil national de la refondation sur les retraites”

Le secrétaire général de la CFDT milite pour obtenir plusieurs mois de discussions autour de la réforme des retraites, et pourquoi pas “un Conseil national de la refondation sur les retraites”. Dans ce cas, il y participera et la CFDT fera des propositions.

“Qu’on ne me fasse pas passer pour quelqu’un qui ne voudrait pas réformer le système des retraites“, qui “est injuste à bien des égards”, précise Laurent Berger. Ce système est injuste “pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, pour ceux qui ont des carrières hachées, pour ceux qui ont des carrières pénibles et de l’usure au travail, pour les femmes qui ont un niveau de retraite et de pension bien inférieur à celui des hommes“, rappelle-t-il.

 – – – – – – – –
D’après l’article initialement publié par France Inter
 – – – – – – – –

Voir un extrait vidéo sur Twitter

Voir un autre extrait vidéo sur Twitter

 – – – – – – – –

Également, en pièce jointe, un article du Monde sur l’intervention de Laurent Berger à l’émission Questions politiques

 – – – – – – – –