Fonction publique : la refonte des carrières et des rémunérations annoncée pour mi-octobre

Publié le

Le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini, a indiqué ce mercredi 7 septembre, que les travaux sur la refonte des carrières et des rémunérations des agents publics devrait débuter à la “mi-octobre”.

Le chantier de refonte des carrières et des rémunérations des agents publics devrait débuter à la “mi-octobre”, a indiqué à l’AFP le ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Stanislas Guerini. La priorité est d’abord de conclure les travaux sur la réduction de la consommation énergétique de l’administration, entamés en juillet, a-t-il détaillé en marge de la séance de rentrée du Conseil d’État à Paris.

Un groupe de travail baptisé “État exemplaire”, qui réunit syndicats, administration et experts de l’énergie, doit formuler d’ici fin septembre une série de propositions pour améliorer la sobriété énergétique de l’État et diminuer sa consommation de 10% d’ici 2024.

Les discussions avec les syndicats sur les questions de rémunération et de déroulement de carrière doivent démarrer dans la foulée, alors que certains métiers de la fonction publique peinent à attirer, en particulier dans la santé et dans l’enseignement.

Les syndicats demandent une nouvelle hausse des salaires face à l’inflation

Sur le sujet des salaires, une première réunion est prévue dès le 15 septembre pour faire le bilan des mesures de revalorisation annoncées fin juin, comme l’augmentation générale de 3,5% accordée aux 5,7 millions d’agents publics. Mais les discussions avec les syndicats, qui réclament de nouvelles hausses du traitement indiciaire face à l’inflation (5,8% sur un an en août selon l’Insee), doivent davantage s’attarder sur les mesures déjà prises que sur de nouvelles propositions.

Dans la feuille de route du gouvernement en matière de transformation publique, dévoilée la semaine dernière à l’issue d’un séminaire de rentrée, figure notamment l’objectif de “rendre la fonction publique plus épanouissante et plus attractive (…) en récompensant l’engagement et en proposant des parcours et des carrières adaptées”.

Autre chantier mentionné dans cette feuille de route, la poursuite de la réforme de la haute fonction publique, impulsée lors du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, a été évoquée mercredi par la Première ministre Élisabeth Borne au Conseil d’État.

La cheffe de l’exécutif, qui s’exprimait en clôture de l’événement consacré aux “enjeux contemporains du service public”, a insisté sur l’importance de la mobilité professionnelle pour les juges administratifs, dans la lignée de la réforme qui vise à inciter les hauts fonctionnaires à changer de métier ou de lieu de travail plus régulièrement. “S’impliquer dans l’administration active, c’est surtout savoir sortir du Palais-Royal (le siège du Conseil d’État, ndlr) pour exercer des fonctions en administration”, a affirmé la Première ministre.

 – – – – – – – –
D’après l’article initialement publié par Capital
 – – – – – – – –

 – – – – – – – – – –