Salarial 2020 : les revendications prioritaires de la CFDT

Salarial 2020 : les revendications prioritaires de la CFDT (20-05-20)

Pour la CFDT, la Fonction publique et ses agent.es sont une richesse pour le bien commun.
Salar­ial 2020 : Sous le signe de la crise

La crise du COVID-19 a confirmé ce que la CFDT Fonctions publiques dénonce depuis longtemps : le manque de reconnaissance de la part des employeurs publics envers l’ensemble  des agent.es, au travers du gel de la valeur du point, des premiers indices de rémunération inférieurs au Smic, du rétablissement du jour de carence, de l’augmentation des cotisations retraite, de la non compensation de la hausse de la CSG dégressive à compter du 1er janvier 2021, des réformes incessantes et déstabilisatrices.

Ce sont autant de signes négat­ifs à l’égard des agent​.es, trop sou­vent con­sid­érés comme un poids pour le bud­get et non comme un investisse­ment pour le bien de toutes et tous.

Ce manque de recon­nais­sance a éclaté au grand jour en ce début d’année 2020 avec la crise san­i­taire engen­drée par la mal­adie Covid-​19.

D’abord et avant tout, l’ensemble des per­son­nels de la Fonc­tion publique hos­pi­tal­ière, des Ehpad et des ser­vices de santé des ver­sants ter­ri­to­ri­aux et État ont eu à faire face à des exi­gences hors du com­mun, et ont été et sont encore exposés pro­fondé­ment à la crise.

Mais, plus large­ment, de nom­breux autres agents publics ont été sol­lic­ités, ont su se mobiliser, quel que soient leurs métiers, quels que soient leurs statuts, quels que soient leurs niveaux hiérarchiques.

Plus per­sonne ne peut ignorer l’engagement sans faille des tra­vailleuses et tra­vailleurs de la Fonc­tion publique.

Leur mobil­i­sa­tion a per­mis à l’ensemble de la société de con­tin­uer à vivre, à fonctionner.

Salar­ial 2020 : La CFDT revendique

Pour l’égalité professionnelle :

  • des mesures sur l’amélioration des grilles de rémunérations des filières féminisées qui sont en décalage défavorable par rap­port aux corps et cadres d’emplois tra­di­tion­nelle­ment plus mas­culins ; les corps et cadres d’emploi des fil­ières médi­cales, paramédi­cales, sociales et médico-​sociales de l’ensemble des ver­sants devront être traitées prioritairement,
  • des mesures por­tant sur les rat­tra­pages des écarts constatés entre les femmes et les hommes sur les mon­tants indemnitaires,
  • des mesures por­tant sur les déroulements de carrière en améliorant notam­ment les ratios de pro­mo­tion pour rat­traper les retards de carrière des

Pour ne laisser per­sonne dans la difficulté :

  • aug­men­ta­tion de la valeur du point,
  • attri­bu­tion de points d’indice pour reval­oriser les plus bas salaires,
  • sup­pres­sion du jour de carence,
  • actu­al­i­sa­tion annuelle de l’indemnité com­pen­satrice de la hausse de la CSG,
  • négo­ci­a­tion –enfin !- de la par­tic­i­pa­tion finan­cière oblig­a­toire des employeurs à la cou­ver­ture com­plé­men­taire santé et prévoyance !

Pour l’égalité de traitement :

  • appli­quer les mesures sur la reval­ori­sa­tion et le nom­bre de jours CET « monéti­s­ables » aux agents de la Fonc­tion publique hospitalière,
  • met­tre en œuvre le for­fait « mobil­ité durable » au 11 mai 2020, comme pour tout le monde.